Skip to main content

Vanessa ROSE

By 16 janvier 2024janvier 22nd, 2024Post-doctorant·es lauréat·es 2023

Vanessa ROSE

| Fragment |

Vanessa Rose est docteur en archéologie, ethnologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu en 2022 une thèse intitulée « La céramique architecturale à Samarra : sources et enjeux d’une production et de son influence ». Ses recherches portaient sur le plus ancien décor de céramique architecturale connu du monde islamique, de sa création à l’époque abbasside à son contexte de découverte à Samarra au XXe siècle.

Elle est également formée et diplômée en histoire de l’art, histoire, droit, relations internationales. Elle s’intéresse particulièrement au patrimoine dans les conflits armés, aux mondes de l’Islam, aux archives, aux circulations et échanges savants, techniques, d’objets et d’images. Ses travaux adoptent une approche transdisciplinaire, de la période médiévale à la période contemporaine, de la Méditerranée à l’Asie.

Elle a été chargée d’études et de recherche à l’INHA durant quatre ans et elle a enseigné à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’INALCO en histoire de l’art islamique. En 2022, elle a été lauréate de la bourse de recherche BNF-Musée du Quai Branly sur l’histoire et le parcours des collections extra-européennes.

Projet EUR : « Nouveau regard sur les architectes français au Moyen-Orient au début du XXe siècle : Henry Viollet en Mésopotamie ».

Henry Viollet (1880-1955) est un architecte français. Étudiant en architecture à l’École des Beaux-Arts de Paris de 1901 à 1911, il fut également un grand voyageur et auteur de découvertes sur les monuments islamiques du Moyen-Orient. Il effectue plusieurs voyages entre 1904 et 1914 en Égypte, Iran, Afrique, Moyen-Orient et Asie, dont trois missions en Mésopotamie entre 1906 et 1910. Il est le premier à avoir entrepris la fouille de Samarra, capitale abbasside (836-892), et fait des relevés. Son intérêt pour l’Orient ne s’arrête pas à l’archéologie puisque en 1911 il devient architecte en chef de la ville de Bagdad pour les autorités ottomanes.

L’objectif de la recherche menée au sein de l’EUR Translitterae est de définir le rôle d’architecte et d’archéologue d’Henry Viollet dans la connaissance de la Mésopotamie, comprendre sa place dans les réseaux savants afin de restituer ses travaux dans l’histoire de l’archéologie islamique et de l’architecture avant la Première Guerre mondiale. L’étude des archives d’Henry Viollet contribue à la connaissance du patrimoine archéologique et architectural du Moyen-Orient, documentant sa mémoire, dans un contexte de crises et de destruction. Le projet s’inscrit dans le prolongement des recherches de Vanessa Rose et de ses publications sur les travaux et fouilles d’Henry Viollet à Samarra (2017) et ses archives (2022).

Menu Général