« Poésie et Shi 詩 : entrelacs » entend témoigner du libre flux circulant entre les sphères poétiques française et chinoise, et du pouvoir de la traduction en poésie, plus spécifiquement de la traduction du ou vers le chinois : le pouvoir de transmettre non seulement la lettre, mais aussi l’esprit et le souffle entre deux états de langage, de conscience et d’imaginaire radicalement éloignés, ouvrant ainsi le texte sur l’infini des lectures.

Sont proposées ici des traductions de poésie contemporaine, ou des traductions contemporaines de poésie qui ne l’est pas.

Nous remercions chaleureusement les contributeurs et les contributrices qui nous confient leurs créations, poèmes et traductions.

Emmanuelle Gondrand-Sordet (ENS)
Qi Yue (Université de Fudan)

© Céline Raux