Skip to main content

Projet – JOLLIVET – Koselleck

De la sémantique historique à l’iconologie politique : Images, monuments, symboles. Une
réflexion à partir de Koselleck

Porteuse du projet :
Servanne JOLLIVET (Transferts culturels – Pays germaniques/UMR 8547)

Porté par le laboratoire Transferts – Pays germaniques, ce projet constitue le dernier volet d’un travail consacré à l’historien allemand Reinhart Koselleck. Après la publication d’un numéro de la Revue Germanique Internationale en 2017, l’organisation d’un colloque « Présences du passé.
Histoire et théorie de l’histoire à partir de Koselleck » en 2019 et d’une journée d’étude en 2020, nous désirons poursuivre ce travail sur une dimension moins connue et plus tardive des travaux de Koselleck, que nous n’avons pu encore aborder : son travail sur l’image et la dimension iconologique. Comme en témoignent ses deux ouvrages Le Culte des morts en politique. Les monuments aux morts à l’époque moderne (1994) et Sur l’iconologie politique de la mort violente (1998), Koselleck s’intéresse en effet de plus en plus, à partir des années 1990, aux images et représentations, et notamment à la dimension figurative et à la symbolique mémorielle, liée aux monuments aux morts. Depuis 2009, le Bildarchiv de Marburg dispose du fonds photographique légué par Koselleck, auquel a été consacré un premier colloque en 2010, consacré à l’iconologie politique, édité par Hubert Locher. Une exposition « Reinhart Koselleck und das Bild » a également été organisée à Bielefeld pendant l’été 2018, suscitant un intérêt croissant pour ses travaux photographiques et sa réflexion sur l’image.
En concertation avec le Bildarchiv de Marburg, le colloque que nous désirons organiser en janvier 2021 aura pour but de poursuivre ce travail et d’éclairer le pendant iconographique et iconologique de son oeuvre. Trois rencontres sont également prévues en 2020-2021 avec les
partenaires de ce projet, afin de constituer une équipe autour de cette thématique, pour préparer le colloque, mais également pour bâtir et proposer une réflexion plus large autour de l’iconologie.