Skip to main content

Mali ALINEJAD ZANJANI

By 15 septembre 2021mars 29th, 2022Doctorants lauréats

Mali ALINEJAD ZANJANI

Diplômée en philosophie à l’Université de Rome La Sapienza avec un mémoire sur la Distinction entre essence et existence dans la métaphysique d’Avicenne sous la direction de Mauro Zonta (Philosophie arabe médiévale), et diplômée de l’École normale supérieure avec un mémoire sur  La théorie avicennienne de la connaissance des particuliers par Dieu sous la direction d’Olivier Boulnois (Philosophie médiévale et métaphysique), Mali Alinejad Zanjani a été également étudiante en langue persane auprès du département d’Études orientales de La Sapienza, en « Études médiévales » à l’École pratique de hautes études (EPHE) et en arabe littéral auprès de l’Institut national de langues et civilisations orientales de Paris (INALCO).

Actuellement doctorante de l’École normale supérieure, elle est rattachée à l’ED 540, au Centre Jean Pépin (UMR 8230) et à l’EUR Translitteræ. Sa thèse dirigée par Meryem Sebti et Frédérique Woerther, vise à renouveler l’étude de la réception de la pensée du philosophe persan Ibn Sīnā/Avicenne (980-1037) en se concentrant sur le Liber aphorismorum Avicennae de anima, traduction latine renaissante des Ta‘līqāt (Les Annotations) achevée au XVIe siècle par Andrea Alpago (1450-1522).

Mali Alinejad Zanjani est aussi artiste plasticienne.

Projet EUR : « L’âme et le corps. Andrea Alpago traducteur des Ta‘līqāt d’Avicenne »

Andrea Alpago, médecin-diplomate, philosophe, informateur de la République de Venise, a été traducteur du philosophe persan Ibn Sīnā, dont la forme latinisée est Avicenne. Parmi ses traductions latines des textes avicenniens, nous retrouvons une sélection de quarante-huit passages sur l’âme tirés du Kitāb al-Ta‘līqāt (Livre des annotations), réunis et commentées sous le titre de Liber aphorismorum Avicennae de anima.

Cette thèse étudie la théorie de l’âme d’Avicenne contenue dans le Livre des aphorismes et sa réception dans le contexte philosophico-médical alpaghien.

D’un point de vue structurel, ce travail suit trois grands axes de recherche : d’abord, un axe historique qui rend compte des phénomènes de transmission qui sont au centre des mouvements transnationaux qui ont permis la circulation de la pensée avicennienne jusqu’à la Renaissance. Il est question d’établir la place de la théorie de l’âme d’Avicenne au sein de la translatio studiorum qui en est à l’origine ; ensuite, un axe visant la traduction du texte et l’analyse lexicographique. Cela permet d’une part, de montrer la spécificité de la traduction latine renaissante commentée des Ta‘līqāt, et d’autre part, de mettre à jour une étude du vocabulaire sur l’âme. Lexique dont l’évolution historique et le champ sémantique dépendent de la traduction d’une langue à l’autre, de l’arabe au latin et qui tiendra compte de l’entreprise de révision du Kitāb al-Qānūn fī-l-ṭibb, le Canon de médecine par Alpago (2) ; enfin, un axe philosophique autour de la psychologie avicennienne sur l’articulation de l’âme au corps, et son transfert à la Renaissance italienne, qui est à la lisière entre la philosophie morale et la médecine (3).

La thèse « L’âme et le corps. Andrea Alpago traducteur des Ta‘līqāt d’Avicenne », s’inscrit dans les thématiques de recherche de l’EUR Translitteræ en ceci qu’elle conçoit à la formation de la pensée comme le résultat de processus permanents de transferts culturels– transmission et réception du savoir – s’inscrivent ainsi dans les axes thématiques « Textes en translation » et « Histoires et transferts ».

Peinture en acrylique et vinylique sur argile, 2021

Menu Général