Skip to main content

Clémence FORT

By 16 septembre 2021octobre 4th, 2021Doctorants lauréats

Clémence FORT

Suite à l’obtention d’un master d’histoire transnationale co-habilité par l’École normale supérieure et l’École nationale des chartes et d’un master d’histoire de l’art à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Clémence Fort est actuellement doctorante contractuelle en première année au sein de l’université PSL. Elle est rattachée à l’IHMC et à l’ED540. Sa thèse intitulée : « Collecter les Americana : la Nouvelle-France dans les cultures visuelles et l’art des Lumières (v. 1700-1763) » est dirigée par Charlotte Guichard. Les recherches de Clémence s’inscrivent au croisement d’une histoire de l’art renouvelée par l’histoire de la collecte, des collections et des cultures visuelles et matérielles. L’approche transdisciplinaire permet de renouveler l’histoire de la Nouvelle-France et d’appréhender l’entreprise coloniale sous un angle esthétique nouveau.

Projet EUR : Cette thèse intitulée « Collecter les Americana : la Nouvelle-France dans les cultures visuelles et l’art des Lumières (v. 1700-1763) », dirigée par Charlotte Guichard, entend étudier la visibilité nouvelle de l’Amérique du Nord (Canada, Louisiane) au moment de l’empire français, dans les collections et dans la culture visuelle et artistique du XVIIIe siècle.

Elle entend identifier et interroger les artefacts d’art et les spécimens de Nouvelle-France qui furent collectés sur place par des intermédiaires coloniaux, collecteurs et marchands avant d’être rapportés en France métropolitaine dans les collections royales ou privées. Elle interroge également les cultures visuelles de la Nouvelle-France à travers des traités encyclopédiques, cartes et voyages illustrés qui circulent alors et diffusent de nouvelles images du territoire colonisé d’un point de vue scientifique mais également culturel. Elle étudiera la manière dont la collecte des americana invite à repenser l’entreprise coloniale par le biais de l’histoire de l’art et des savoirs. Enfin, la thèse abordera le rôle des americana et des images gravées dans la production académique et leur rôle dans la transformation esthétique et artistique du regard sur l’Amérique du Nord.

La thèse s’inscrit dans les thématiques de recherche de l’EUR Translitteræ, à savoir « Histoire et Transferts » visant à étudier les mobilités et les circulations des hommes, des idées, de l’art et les interactions et connexions entre différents pays dans une perspective transnationale.

© Sauvage Nepisingue en Canada 1717, XVIIIe siècle, aquarelle, 23 x 18 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Menu Général