Séminaire « Entre Orient et Occident : circulations et réception des objets »

Porteuse du projet : Isabelle GADOIN (THALIM) et Université de Poitiers

En délégation auprès de l’équipe CNRS Thalim, je travaille sur un projet en 3 volets (idéalement), constitué d’un séminaire de réflexion menant à un colloque, et conjointement, des ateliers de formation pour étudiants de Master et doctorants, le tout articulé autour de la réception des objets orientaux en Europe à partir du 18ème siècle. En mars 2020 est prévu un colloque international transdisciplinaire sur la circulation des motifs décoratifs orientaux, et plus particulièrement des motifs animaliers, intitulé «Paons, dragons et lions ailés: le bestiaire fantastique de l’Orient, ses circulations et ses réinventions européennes ». L’appel à communication est prêt, et sera diffusé en mars, sur les messageries françaises et internationales (comme celle de l’université de Pennsylvannie, UPenn). Stacey Pierson, spécialiste de l’histoire de la céramique chinoise et de sa réception en Europe enseignant à SOAS (School of Oriental and African Studies, Londres), sera l’un des conférenciers invités – nous réfléchissons actuellement à un second conférencier.

Le choix de se focaliser sur un point très précis (le bestiaire décoratif oriental et sa réception européenne) vise à travailler, non pas dans une logique thématique, mais plutôt pour interroger les mécanismes des transferts culturels, et plus précisément de ce que l’on pourrait nommer « appropriation transculturelle » : appropriation d’objets, par le biais des collections européennes d’art oriental, puis appropriation de motifs décoratifs progressivement « importés », copiés, déformés, réinterprétés et finalement « naturalisés » dans la culture occidentale. Les raisons de la fascination pour les décors d’Orient pourront être étudiées, dans la lignée par exemple des travaux de R. Labrusse sur les Purs décors d’Orient ; mais le but est d’analyser ces échanges transculturels d’un point autant épistémologique qu’esthétique, en explorant les dynamiques de ces passages, des erreurs et contresens d’interprétation de la culture-source, des réinventions (réussies ou non) qu’ils encourageaient, et autres formes de frictions interculturelles.

Danièle Ansermet, Crépuscule