Projet

Colloque

Autre manifestation

Résidence de traduction poétique au Centre international de la traduction littéraire (Arles)

Porteur du projet : Roland BEHAR (Master Humanité, Parcours Littératures. Théorie, Histoire, ENS-PSL)
Co-porteurs du projet : Nathalie KOBLE (LILA, ENS), Bertrand BADIOU (ITEM), Mandana COVINDASSAMY (Pays germaniques), Agnès DERAIL, Pierre MISITELLI (ITEM)

 

La formation littéraire au département LILA de l’ENS-PSL, portée par un collectif d’enseignants, est de plus en plus centrée sur la question de la traduction, qui ne peut pas seulement se comprendre comme un exercice académique, mais dont il faut également faire l’expérience concrète. Ceci demande des déplacements du regard et de l’écoute.

C’est à ce titre que, d’une part, l’atelier de traduction littéraire allemand-français proposé par Mandana Covindassamy s’articulera autour de la question de l’écoute de la traduction littéraire. Au cours des premières séances, le texte choisi sera introduit, puis les traductions des étudiants seront discutées individuellement. Une fois les traductions individuelles abouties, un comédien viendra les lire à haute voix afin de sensibiliser les étudiants au travail d’écoute du texte. Ce travail pédagogique avec un comédien a déjà été mis en place lors de précédents ateliers de traduction, suscitant beaucoup d’intérêt de la part des étudiants. L’atelier s’adresse à tous les étudiants ayant une connaissance suffisante de l’allemand sans être toutefois spécialistes. Il est validable dans le cadre du master humanités parcours « littératures » ainsi que comme cours de langue.

D’autre part, les acquis théoriques du séminaire « “Make it new !” Traduire la poésie (textes, histoires, théories) » seront approfondis et mis à l’épreuve dans le cadre de la « Résidence de traduction poétique ENS-PSL / ATLAS ». Cette immersion d’une semaine permettra, en travaillant sur la poésie vivante, et en faisant l’expérience de la traduction poétique collective, d’initier les participants à la traduction poétique, à partir d’un ensemble de textes poétiques d’un(e) auteur(e) en particulier, dans le sillage des séminaires longtemps organisés à la Fondation Royaumont.

La langue à l’honneur en 2018-2019 était l’anglo-américain autour de l’œuvre poétique d’Eleni Sikelianos, avec sa traductrice attitrée en français, Béatrice Trotignon (PSL – Université Dauphine) ; en 2020, la langue proposée sera l’espagnol, autour de la poésie d’une poétesse madrilène contemporaine, Esther Ramón (née en 1970). Elle est l’auteure de plusieurs recueils poétiques : Tundra (Igitur, 2002), Reses (Trea, Premio Ojo Crítico, 2008), grisú (Trea, 2009), Sales (Amargord, 2011), Caza con hurones (Icaria, 2013) et Desfrío (Varasek, 2015). Ses poèmes ont été traduits en de multiples langues, depuis l’anglais et le français jusqu’au norvégien et à l’arabe.

Danièle Ansermet, Crépuscule