Du 12 avril 2020 au 08 mai 2020

Acculturation au Vietnam

NGUYEN Thi Mai Lien

L’acculturation est un phénomène qui résulte du contact, des interactions et de l’apprentissage mutuel entre les cultures. Durant ce processus, les cultures se complètent et s’enrichissent, menant à la transformation, au développement et au progrès culturel.

Pour l’acculturation, sur la base des facteurs endogènes, chaque culture doit choisir des facteurs exogènes convenables pour faire enrichir et développer la culture nationale. Pour la réception des éléments culturels exogènes, le système de valeurs sociales et la conscience ethnique jouent un rôle très important. C’est un “filtre” pour recevoir les éléments culturels d’autres peuples, aidant ainsi la culture nationale à se développer et à conserver sa propre identité.

L’acculturation est une règle incontournable dans l’histoire du développement humain. Le Vietnam est également soumis à cette règle. Au cours de son histoire, le Vietnam a connu de l’acculturation avec les pays de l’Est et de l’Ouest depuis l’Antiquité. Les Vietnamiens reçoivent de manière créative les éléments étrangers, enrichissant ainsi le trésor culturel national.

         L’étude sur l’acculturation en général et au Vietnam en particulier est une question complexe qui nécessite des recherches approfondies à partir d’éléments culturels à l’origine, à comparer avec de nouveaux facteurs pour trouver la créativité. Afin d’étudier l’acculturation au Vietnam, nous avons mené des travaux de recherche dans plusieurs directions clés suivantes

  • Premièrement, la recherche sur la base de la théorie de la réception de l’école Konstan (Allemagne)

Cette théorie tient compte du rôle des lecteurs dans le processus d’acquisition de l’œuvre. Les valeurs esthétiques de l’œuvre et ses impacts dépendent de l’attente, des expériences esthétique et des expériences de vie des lecteurs. De cette théorie, nous avons constaté que les Vietnamiens avaient leurs propres expériences esthétiques et personnelles. Sur la base de ces expériences, ils absorbaient la culture et la littérature étrangères de manière sélective et adaptée à leurs esprits, à leurs idées, tout en créant beaucoup de nouvelles valeurs. Cela se manifeste à tout époque et sous toute forme de réception, qu’elle soit coercitive ou volontaire. Le résultat de cette recherche est l’ouvrage La réception de la littérature étrangère au XIXe et XXe siècles au Vietnam, Projet de recherche du Fonds national pour la Science et la Technologie du Vietnam (NASFOTED, 2015) ; l’article ‘La réception de la littérature indienne au Vietnam’, la Revue Études littéraires (Institut des Études littéraires, Numéro 2/2014) ; l’article ‘La réception de la littérature japonaise au Vietnam’, dans le livre Étude et enseignement de la langue japonaise et du Japon dans la tendance de l’intégration et du développement (Maison d’édition de l’Université nationale, 2017), etc.

  • Deuxièmement, la recherche sur la base de la théorie de la comparaison des littératures

Nous utilisons la comparaison des effets et des similitudes de V. Zhimunsxki. Outre les similitudes dues à l’influence, à l’acquisition et à l’importation culturelle, les œuvres littéraires ont également des similitudes de « type ». L’histoire du développement littéraire témoigne de la formation et du développement de différents types, genres, tendances… de la littérature en raison de l’influence des conditions sociales et historiques. Par conséquent, les œuvres littéraires de différents pays ont bien sûr des similitudes. Nous allons distinguer les similitudes de type et les similitudes des effets pour déterminer les éléments culturels que le peuple vietnamien reçoit au cours du processus d’échange. Le résultat de cette recherche est l’ouvrage ‘Rêve et désir de bonheur dans l’amour’ dans l’histoire de Tien Dang (Cu Huu, Chine), l’histoire de Kim Ngao (Kim Thi Tap, Corée du Sud), le Truyen Ki Man Luc (Nguyen Du, Vietnam), le Vu Nguyet Vat Ngu (Akinari, Japon), la Revue Étude de l’Asie du Nord-Est, 1/2014 ; ‘’Tugumi (Y.Banana) et Ha do (Nguyen Nhat Anh) dans une perspective comparative, le livre Nguyen Nhat Anh – Chevalier d’enfance, Maison d’édition de la Pédagogie, 2015 ; ‘’Motif folklore dans la composition de F. Kafka et H. Murakami’’, le Mémoire de la Conférence internationale Kafka au Vietnam, l’Université des Sciences sociales et humaines de l’Université nationale d’Hanoi, 2018, etc.

  • Troisièmement, la recherche interdisciplinaire

L’étude des littératures du Vietnam, de l’Inde, de la Chine et de la France sous l’angle de la religion, de la philosophie, de l’esthétique. La littérature, notamment celle de l’Antiquité et du Moyen Âge, a une relation étroite avec la religion et la philosophie. De plus, l’esthétique est une science qui influence fortement la littérature. C’est dans cette perspective que nous avons remarqué des caractéristiques exceptionnelles qui font que ces littératures avec leurs réalisations glorieuses ne sont pas mélangées à d’autres. Ainsi, la recherche interdisciplinaire nous aidera à constater la réception de valeurs esthétiques et des pensées religieuses importées qui sont exprimées dans les œuvres. Les ouvrages issus de la recherche dans ce sens sont ‘’L’animisme dans les mythes de l’Asie du Sud-Est et son influence sur la protection de l’environnement’’, le livre Critique écologique dans la littérature de l’Asie du Sud-Est: histoire, mythe et société, Vernon Press, 1000 N West Street, Suite 1200 Wilmington, Delawware 19801, USA, 2019; ‘’La pensée humanitaire dans les coutumes vietnamiennes’’, le Mémoire de la Conférence Sociologie de l’Asie – Pacifique, Université de Seisa, Japon, 2018; ‘’Sommaire des influences de la culture indienne sur les coutumes vietnamiennes’’, le Mémoire de la Conférence Coopération pour le développement Vietnam – Inde : De l’approche culturelle, Académie politique nationale de Ho Chi Minh, Hanoi, 2015, etc.