Mars 2020

La France et la Méditerranée au XVIIIème siècle : conflits et échanges culturels

(Toutes les conférences auront lieu en anglais)

En 1949, Fernand Braudel publiait La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, un ouvrage qui a marqué le champ de la recherche sur la Méditerranée au début de la période moderne — mais qui avait peu à dire sur la France. Ces dernières années, les historiens ont commencé à s’interroger sur l’omission de Braudel et ont montré combien la Méditerranée, à la fois comme espace géographique et structure sociopolitique, était en réalité essentielle pour comprendre le développement de la France à cette époque ainsi que son émergence ultérieure comme nation et puissance coloniale.

Cette série de conférences se propose d’examiner les échanges dynamiques entre la France et les territoires méditerranéens, majoritairement musulmans, d’Afrique du Nord et de l’Empire ottoman à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècles. A distance d’un regard centré sur les capitales politiques- Paris et Versailles-, elle s’intéresse aux circulations dynamiques avec la côte provençale et méditerranéenne. En mettant l’accent sur l’art maritime, l’esclavage et la guerre, ainsi que sur les échanges diplomatiques, elle montrera comment ces rencontres et leurs représentations visuelles ont permis de construire – et parfois de démanteler – une image de la monarchie française ainsi que des idées sur la culture, la liberté, la religion et le commerce. Tout en insistant sur la spécificité historique de ces échanges, notamment par rapport à ceux qui marqueront ensuite la période coloniale, elle envisagera également des liens durables entre eux.

 

Lundi 16 mars 2020 | 11h-13h | salle d’Histoire (45 rue d’Ulm, 2e étage, escalier D)

« Ambassadeurs turcs et algériens à la Cour de France : une diplomatie par l’objet »

Dans le cadre de cette conférence, on examinera les ambassades diplomatiques envoyées par l’Empire ottoman et les provinces nord-africaines en France à la fin du dix-septième siècle, en se concentrant sur les représentations visuelles de ces ambassades ainsi que sur les objets offerts de part et d’autre comme cadeaux diplomatiques. Ces cadeaux – textiles, armes et objets mobiliers – stimulèrent ensuite les importations et les imitations européennes et transformèrent l’économie française ainsi que la fabrication et la consommation de vêtements et d’articles de luxe. Ces objets, ainsi que les images de ces ambassades suggèrent les tensions politiques et économiques qui animent ces rencontres, mais ils révèlent aussi des intérêts politiques communs et un désir de communication interculturelle. Les ambassadeurs venus des lointains attiraient beaucoup plus l’attention que leurs homologues européens, et ils permettaient aussi à la monarchie française de montrer sa puissance internationale. Pourtant, la représentation, en textes et en images, de ces événements était également instable et elle pouvait susciter la critique. Cette conférence explorera les effets culturels et économiques de ces ambassades ainsi que les réponses ambivalentes qu’elles ont générées en France, tout en visant à montrer l’impact politique et artistique qu’elles ont eu sur l’Empire ottoman et ses provinces nord-africaines.

Mardi 24 mars 2020 | 17h-19h | salle d’Histoire (45 rue d’Ulm, 2e étage, escalier D)

« L’art maritime et les esclaves musulmans dans la France de Louis XIV »

Cette conférence propose une nouvelle perspective sur la représentation monarchique et la pratique artistique sous le règne de Louis XIV. Examinant la conception des navires, les armes navales, les médailles, les peintures et les gravures, elle considère le genre négligé de l’art maritime méditerranéen et le travail forcé comme faisant partie intégrante de sa création. Avec un accent particulier sur les forçats et les esclaves turcs conscrits pour les galères du roi, elle remet en question l’idée selon laquelle l’esclavage humain aurait disparu de la France métropolitaine et ne fleurissait que dans les colonies. Au lieu de cela, elle révèle que les rameurs esclaves – y compris les milliers de rameurs capturés ou achetés en terre musulmane – ont non seulement aidé à construire et à décorer les galères, mais ont aussi aidé à la production d’autres œuvres d’art qui faisaient l’éloge de la domination monarchique. En montrant la remarquable fluidité entre les objets éphémères fabriqués dans les ateliers portuaires de Marseille et de Toulon et l’art monumental destiné à Paris et Versailles, elle réfute les récits traditionnels de la propagande de Louis XIV, centrés sur la cour, et raconte une histoire essentielle de la France moderne marquée par l’Islam et réorientée vers la mer Méditerranée.

Vendredi 27 mars 2020 | 11h-13h | salle de l’IHMC (45 rue d’Ulm, 3e étage, escalier D)

« L’attrait mondial des Porcelain Rooms »

Dès le XVIIe siècle, d’abord au Portugal et aux Pays-Bas, puis à travers toute l’Europe, les grands mécènes de l’aristocratie européenne se sont fait construire des salles fabuleuses, entièrement décorées de porcelaine, remplies de centaines, voire de milliers de pièces de ce matériau si prisé par les élites de l’époque. Dans un premier temps, les porcelaines étaient importées de Chine et du Japon, mais progressivement les Européens apprirent les secrets de fabrication de cet « or blanc » si recherché. C’est alors qu’ils commencèrent à décorer leurs résidences de porcelaines de Meissen, de Capodimonte, ou de créations issues des autres manufactures européennes. A certains égards, les salons de porcelaine européens matérialisaient un fantasme de splendeur et d’opulence orientales, tout en étant néanmoins inspirés d’intérieurs véritables, rencontrés en Perse ou en Inde moghole.

Cette intervention a pour but d’examiner le phénomène des Porcelain Rooms à l’échelle mondiale au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, tout en se penchant sur l’existence — ou plutôt la relative absence — de tels espaces en France. Le séminaire traitera également du renouveau des Porcelain Rooms au XIXe siècle, ainsi que de leur présence dans les musées, et dans l’art contemporain de nos jours.